J.S. BACH

J.S. BACH
Méditations autour du Génie contrapuntique 

chaconne

Parcours méditatif entre les ressources de l’artisan :
Entre maîtrise des mathématiques musicales
fantaisie soignée des cantates pour solistes
fusion du quatuor harmonique et
chef d’œuvre d’inventivité

***

Ricercare à 6 voix, extrait de l’Offrande Musicale  BWV 1079
Choral  269 – Nun lob’, mein Seel, den Herren
Choral 315 – Valet will ich dir geben
Cantate BWV 82 Ich habe genug*
Choral 317 – Vater unser in Himmelreich
Choral 195 Jesu meine Freude
Den Tod Niemand zwingen kunnt
Chaconne + 4 voix (version Morimur selon Helga Thöne)
Choral  38 – Christ lag in Todesbanden
Choral 158 – Herlich thut mich verlangen
Cantate BWV 199 Mein Herze schwimmt im Blut*
Choral 192 – Jesu Leiden, Pein und Tod
Choral 27 orné – Auf meinen lieben Gott

(*à choix selon l’effectif, la période de l’année et les voeux des programmateurs)

***

EFFECTIF
Choeur ad libitum, optionnel
2 ou 4 Solistes de chant selon Cantates
2 Violons
Alto
Violoncelle
Contrebasse
Hautbois d’amour
Clavecin

***

Le Ricercare a 6, extrait de l’Offrande Musicale BWV 1079, interprété de façon spatialisée met en exergue, dès le début du concert, la virtuosité avec laquelle J. S. Bach exalte l’art de la fugue et le fin tressage des voix qui s’entremêlent dans un contrepoint sans faille.

Les chorals que nous vous proposons en interludes méditatifs se retrouveront en filigrane, telle une émanation céleste, bribes évanescentes, dans la Chaconne initialement écrite pour violon seul, extraite de la 2e Partita BWV 1004. Grâce au travail minutieux d’analyse de la musicologue allemande Helga Thöne, vous pourrez entendre des fragments de chorals sous-jacents dans l’écriture de cette pièce de virtuosité violonistique, poudre d’étoiles qui lui confèrent une dimension plus aérienne et spirituelle, puisque selon Helga Thöne, la Chaconne peut être perçue comme Tombeau de la première épouse de Bach, entre mort et résurrection.

Le voyage offrira des haltes plus étendues autour de deux Cantates où la voix sera mise en lumière sous un aspect plus exubérant dans la ferveur du discours. Si les chorals offrent une structure plus polyphonique et d’une densité pieuse et homogène, les arias des Cantates témoignent d’une écriture qui fait la part belle à la maîtrise technique des chanteurs, sur le lit instrumental soutenant le discours soliste, ou en dialogue, toujours génialement tissé, avec un instrument qui se fait voix sans paroles. MLP